A vélo, à cheval, à pied, la rando nous botte

Des idées qui marchent
Calendrier-Rando-pedestre-rhone-2015.pdf
Document Adobe Acrobat 6.9 MB

L'actu

Bientôt une carrière à Saint-Just ?

Une carrière à ciel ouvert pourrait

voir le jour dans les environs,

dans les dix ans à venir.

Quelques précisions sur le projet.

 

 

 

> Lire l'info.

Interview

Gérard Boinon, Rés'OGM Info

« Une autre agriculture est possible et rentable »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S’il ne s’était pas retrouvé à l’hôpital, un beau jour de 1984, empoisonné par ses propres pulvérisations d’insecticide, Gérard Boinon n’aurait peut-être jamais remis en cause les méthodes  de culture conventionnelle, inculquées depuis la guerre à des générations d’agriculteurs… Mais pour cet éleveur-producteur de Saint-Trivier sur Moignans (Ain), l’accident aura servi d’électrochoc.  >

Plus question de poursuivre sur cette même voie. De recherches en tâtonnements, il réussit à se passer totalement de produits chimiques, avec des rendements identiques. En 1986, il rejoint la Confédération paysanne naissante et contribue à son implantation dans l’Ain. Secrétaire général du syndicat en région Rhône-Alpes, il participe, en 1997, au premier fauchage d’OGM en Isère. En 2005, il décide de se consacrer à l’information des professionnels et du public. Rés’OGM voit le jour à cet effet. Depuis, cet infatigable défenseur d’une agriculture alternative bat la campagne pour présenter documentaires ou expositions et pour débattre avec le public. Interview.


Comment est né votre engagement ?
Lorsque j'ai atterri aux urgences, en 1984, victime d’une crise d’urticaire géante due aux pesticides, je me suis dit que je ne pouvais pas continuer à m’empoisonner moi-même et à empoisonner les gens qui consommaient ma production. J’ai cherché d’autres pistes. En allant interroger mes anciens professeurs du lycée agricole, par exemple. Mais surtout, je suis tombé sur un livre du XIXe siècle ayant appartenu à mon grand-père, traitant de l’aide apportée par les oiseaux « auxiliaires », comme les mésanges bleues, à la lutte contre les nuisibles. J’ai fait mes petites expériences, en élevant des trichogrammes, notamment. Ces petites guêpes détruisent la pyrale du maïs en pondant leurs œufs à l’intérieur de ceux du papillon ravageur. Finalement, j’ai obtenu des rendements comparables à ceux que j’avais avant ! Petit à petit, je me suis rendu compte de l’importance d'expliquer aux gens qu’une autre agriculture est possible et rentable. C’est pourquoi nous avons créé Rés’OGM Info.

Quel message avez-vous particulièrement envie de transmettre ?
Je ne suis pas là pour donner des leçons. J’ai juste envie d’apporter mon témoignage, d'expliquer ce qui a marché pour moi, de rappeler aux exploitants que c’est à eux de faire des expériences, de prendre leurs responsabilités. Même un seul petit pas en avant, c’est déjà ça de pris ! Les particuliers qui ont un petit jardin sont concernés, eux aussi. Je peux leur donner des tuyaux et ils trouveront plein de renseignements au sein des associations. Les consommateurs doivent également agir. La manière dont ils se nourrissent a son importance, de même que les circuits d’approvisionnement qu’ils privilégient.

Comment expliquez-vous les réticences au changement des exploitants conventionnels ?
C’est tellement plus simple de prendre un pulvérisateur et d’aller traiter ses cultures plutôt que de travailler avec la nature, les oiseaux, les insectes, de préserver les haies… La chimie, c’est une assurance tout risque. J’aurais envie de dire, à la façon de Clémenceau : l’agriculture et la nourriture sont des choses trop sérieuses pour être confiées aux seuls paysans ! C’est à la société toute entière, aux consommateurs, de prendre les choses en main, d’exiger autre chose.

Que pensez-vous du « Monsanto act », récemment voté par le Congrès américain et approuvé par Barack Obama, qui oblige le ministère de l'agriculture à accorder une autorisation de culture OGM à tout agriculteur qui en fait la demande ?
Pour les Etats-Unis c’est un recul dramatique. Mais c’est aussi inquiétant pour la France car la production américaine de soja OGM va augmenter. Or, nous en importons déjà massivement !

Transition énergétique

Et si vous preniez la parole ?

Comment réduire la facture énergétique

de la France et des Français ? Quelles solutions favoriser pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? Quel rôle attribuer aux territoires ? Le Syndicat Mixte du Beaujolais vous invite au débat.

A l'automne prochain, le gouvernement présentera une loi "pour la transition énergétique" du pays. Les enjeux sont importants. Quel type d'énergie souhaitons-nous privilégier ? Le nucléaire est-il vraiment incontournable ? L'état doit-il seul organiser la production d'énergie ? Pouvons-nous faire évoluer nos modes de vie pour alléger la facture ? A quel prix ? Afin de faire émerger un véritable projet de société sur ce thème important, un grand débat a été lancé dans toute la France.

 

A table !

A cet effet, le Syndicat Mixte du Beaujolais organise un atelier-débat le 17 avril 2013, à Beaujeu. Au programme : une introduction aux discussions sur la transition énergétique en région Rhône-Alpes et trois tables-rondes de 30 minutes sur les rôles des territoires et des initiatives locales dans l’atteinte des objectifs nationaux ; la transition énergétique et le développement économique ; les dispositifs mis en place pour financer la transition. Inscription préalable nécessaire.

 

Quand ? Le 17 avril de 13h30 à 17h30.

Où ? Au théâtre de Beaujeu, place de l'Hôtel de Ville, 69430.

.Où s'inscrire ? Sur http://smb.pays-beaujolais.com

En savoir plus sur le Syndicat : http://www.pays-beaujolais.com/

En savoir plus sur ce sujet : http://www.transition-energetique.gouv.fr/

Charte

"Notre village Terre d'avenir"

Afin de contribuer, à sa mesure, aux réflexions et aux actions en faveur du développement durable, Grandris s'est engagée, en 2008, dans la réalisation de la charte "Notre Village Terre d'Avenir, équivalent rural de l'agenda 21 à l'échelle locale.

 

 

En savoir plus sur les agendas 21 locaux :

http://initiatives-durables.jimdo.com/eco-citoyennete/agendas-21/

Vu à Grandris, vues de Grandris...

Photos : Jean-Yves Cospain.