Le débat

Une carrière à Saint-Just-d'Avray ?

Photo : JC. Fact.
Photo : JC. Fact.

Une carrière à ciel ouvert pourrait voir le jour

dans les environs,

dans les dix ans à venir.

L'Association de Défense

et de Développement du Beaujolais Vert

et du Val d'Azergues,

se bat contre ce projet.

Le 22 mars dernier, la Société Granulats Vicat a été autorisée par le département à effectuer des sondages géologiques sur les domaines de Longeval, à Saint-Just-d'Avray, et de Pully, à Chambost-Allières. Elle a également signé un compromis de vente avec le Conseil Général pour l'achat de 83 ha de forêt  - de douglas en majorité  -  sur ce territoire, ainsi que pour l’acquisition du château de Longeval. Objectif pour Granulats Vicat : ouvrir une carrière à ciel ouvert sur ces terrains, dans les années à venir, si les prospections se révèlent concluantes et si la distraction des parcelles du régime forestier est actée par la Direction départementale des territoires. Les résultats des carottage à grande profondeur devraient être connus au milieu du mois d'octobre

 

Un impact à évaluer

Selon le Comité de Défense Contre la Carrière de Valsonne (CDCCV), interrogé par des habitants de Saint-Just-d'Avray et de Chambost-Allières, le volume annuel de cette exploitation pourrait atteindre, voire dépasser, un million de tonnes par an, ce qui représenterait la mise en circulation de quelque 150 camions de 35 tonnes par jour. Au moins. Bien sûr, des études d’impact devraient être menées auparavant. Outre Saint-Just-d'Avray et Chambost-Allières, le village de Chamelet serait aussi concerné. Quant au château de Longeval, construit au XVIIe siècle, son avenir n’a semble-t-il pas été évoqué. Mais rien n’indique qu’il serait préservé…

 

Des habitants mobilisés

Une Association de Défense et de Développement du Beaujolais Vert et du Val d'Azergues s'est constituée pour lutter contre ce projet. Elle compte déjà aujourd'hui 500 adhérents (voir ci-dessous). Ces derniers, qui dénoncent "un déni de démocratie", ont cependant pu rencontrer Danielle Chuzeville, Présidente du Conseil Général du Rhône et Charles Brechard, Vice président chargé de la forêt, pour exposer leurs motifs d'opposition. "Bonne écoute, dialogue plutôt ouvert, les conseillers généraux semblent gênés...", commentent-ils. Très actifs, les dirigeants de l'association ont également été reçus par plusieurs élus du Conseil Régional, des responsables d'entreprises locales, diverses associations, des maires de la vallée d'Azergues et autres décideurs ou acteurs locaux. "Nous continuerons à travailler dans ce sens de façon à ce que les élus ne restent pas indifférents à ce projet qui pèsera sur tous nos villages, de Lozanne jusqu'à Poule. Nous préparons actuellement un dossier présentant les risques", indiquent-ils.

 

Le château et ses environs

A noter, trois réunions publiques prévue cet automne :
    -   à Lamure  (+ Claveisolles, + Saint Nizier), le 20 septembre à 20h30 à la salle pluraliste;
    -   à Ternand (+ Saint Laurent d'Oingt), le 11 octobre (date à confirmer)
    -   à Grandris, le 25 octobre à 20h30 à la salle polyvalente.

En chiffres

----------------

 

54 ha seraient vendus dans le massif de Longeval, 29 ha dans celui de Pully.


30 ha seraient dévolus à l’ouverture d’une carrière dans les dix ans à venir, soit l’équivalent de 60 terrains de football, selon le Comité de Défense Contre la Carrière de Valsonne (CDCCV) .


3,6 millions d’euros devraient revenir au Conseil Général dans le cadre de cette vente et de l’exploitation de la carrière.


Quelques documents...

PV de la délibération du Conseil général - 1
PV 22 mars -1.doc
Document Microsoft Word 729.5 KB
PV de la délibération du Conseil général - 2
PV 22 mars -2.doc
Document Microsoft Word 899.0 KB
PV de la délibération du Conseil général - 3
PV 22 mars -3.doc
Document Microsoft Word 684.0 KB
doc CG.doc
Document Microsoft Word 911.0 KB
znieef.doc
Document Microsoft Word 819.0 KB

> Signer la pétition en ligne

 

NB : une pétition se trouve aussi à la mairie de Granndris.

Point de vue

"Des risques de préjudices graves"

Le territoire concerné par le projet.
Le territoire concerné par le projet.

Créée fin juin, l'Association de Défense et Développement Beaujolais  Vert – Val d'Azergues (ADD Beaujolais Vert – Val d'Azergues) s'oppose à ce projet de carrière. Explications.

Qui sommes-nous ? Récemment créée, notre association s’oppose à tout projet de carrière sur la Vallée d’Azergues, aux portes du Beaujolais Vert.
De quoi s’agit-il ? Le Conseil Général du Rhône a signé avec le groupe VICAT, un compromis pour la vente de 83 Ha de forêts départementales et du Château de Longeval. Le but est de réaliser une carrière de 30 hectares pour y produire des granulats.
Où ? Il s’agit du massif de Longeval et d’une partie de la forêt de Pully, à la jonction entre trois communes, CHAMELET, SAINT-JUST D’AVRAY et CHAMBOST-ALLIERES.
Est-ce sûr ? Ce projet ne se réalisera que si la société VICAT trouve dans le sous-sol le matériau qu’elle recherche. Si c’est le cas, une étude d’impact et une enquête publique suivront. Nous espérons que le sous-sol ne conviendra pas, sinon il faudra se défendre pour protéger notre région et son devenir.
Pourquoi s’opposer ? Parce que ce projet de carrière expose les populations à de nombreux préjudices graves dont notamment : atteinte à l’environnement, destruction du paysage et de cours d’eau, atteinte au patrimoine du Pays Beaujolais (bois et château), mise en péril des activités économiques les plus proches et notamment de plusieurs exploitations agricoles riveraines fondées sur l'élevage, le maraichage bio, la vente directe à la ferme, le loisir-nature, l'accueil en gite et le tourisme équestre, atteinte à la valeur du patrimoine des habitants des communes voisines, atteinte au cadre de vie de ces habitants par les multiples nuisances (bruit, poussières de silice, mouvements du sol, trafic routier…), atteinte à la salubrité publique par ces mêmes nuisances, augmentation du risque d'inondation par destruction du couvert végétal, atteinte à la sécurité publique par la génération d’un trafic fort routier accidentogène, aggravation des problèmes de transport pour les entreprises et pour la population de la vallée d’Azergues.
Par ailleurs cette décision du Conseil Général du Rhône est en incohérence totale avec sa propre politique départementale en matière de Gestion Forestière et de Tourisme Vert.
S’il se réalisait, un tel projet mettrait durablement en péril l’avenir économique de notre secteur pourtant soutenu par l’Europe, l’Etat et la Région : filière bois, économie des services, projet de préservation et de développement économique GEOPARK, élevage et circuits-courts agricoles, tourisme, etc.
Nous craignons l’appauvrissement général de notre région par les nuisances et la désaffection que causera cette carrière. Nous désapprouvons cette décision qui jette à la poubelle tous les efforts de développement réalisés jusque-là (avec l’argent des contribuables !) et projette de dégrader sérieusement notre avenir.

 

Courriel : add.bv-va@sfr.fr

Bulletin d'adhésion à l'association.
ADD - Formulaire d'adhésion.docx
Document Microsoft Word 15.6 KB

Point de vue

"Les habitants ont des droits"

Christian Péla,

président du CDCCV

(Comité de Défense

Contre la Carrière

de Valsonne)

Point de vue
Christian Péla, président du CDCCV

Après une année de lutte contre un projet similaire à celui de la société Vicat à Saint-Just-D’avray, bien que beaucoup moins important en tonnage annuel, le CDCCV et les habitants de Valsonne ont réussit à faire "plier" leur commune. Celle-ci a en effet dû renoncer à son projet démentiel : une carrière en sortie de village, dont tout le trafic aurait transité par le village, à l'aller et au retour.
Les habitants ont des droits. Mais, hélas, nos élus et les décideurs l'oublient trop facilement. Heureusement, il se trouve toujours une poignée d'irréductibles gaulois, prêts à aller jusqu'au bout pour que la démocratie l'emporte sur des considérations bassement vénales. Il existe en France une multitude de carrières. Mais, souvent, en raison des plaintes des riverains, les autorisations d'exploitations ne sont pas renouvelées. Par ailleurs, les exploitants de carrières veulent toujours ouvrir des sites (très très rentables) en s'affranchissant d'investissement tels que la création de routes ou l'indemnisation des riverains qui voient la valeur de leurs patrimoines fonciers (maisons, terrains constructibles...) perdre beaucoup en attractivité. Qui voudrait emménager à proximité d'une carrière à ciel ouvert ? Précisons également qu’une carrière crée peu d'emplois puisque les agents d'exploitations, artificiers ou conducteurs, tournent souvent sur plusieurs sites.
Nos élus et nos décideurs régionaux  se moquent de la population, car ils savent pertinemment que cette dernière sera prise en otage. Je vous invite donc tous à communiquer autant que vous le pouvez sur ce projet. J'estime que, compte tenu, des désagréments prévisibles, c'est à la population concernée de se prononcer. Un peu comme en Suisse…


" Après une année de lutte contre un projet similaire à celui de la société Vicat à Saint-Just-D’avray, bien que beaucoup moins important en tonnage annuel, le CDCCV et les habitants de Valsonne ont réussit à faire "plier" leur commune. Celle-ci a en effet dû renoncer à son projet démentiel : une carrière en sortie de village, dont tout le trafic aurait transité par le village, à l'aller et au retour.
Les habitants ont des droits. Mais, hélas, nos élus et les décideurs l'oublient trop facilement. Heureusement, il se trouve toujours une poignée d'irréductibles gaulois, prêts à aller jusqu'au bout pour que la démocratie l'emporte sur des considérations bassement vénales. Il existe en France une multitude de carrières. Mais, souvent, en raison des plaintes des riverains, les autorisations d'exploitations ne sont pas renouvelées. Par ailleurs, les exploitants de carrières veulent toujours ouvrir des sites (très très rentables) en s'affranchissant d'investissement tels que la création de routes ou l'indemnisation des riverains qui voient la valeur de leurs patrimoines fonciers (maisons, terrains constructibles...) perdre beaucoup en attractivité. Qui voudrait emménager à proximité d'une carrière à ciel ouvert ? Précisons également qu’une carrière crée peu d'emplois puisque les agents d'exploitations, artificiers ou conducteurs, tournent souvent sur plusieurs sites.
Nos élus et nos décideurs régionaux  se moquent de la population, car ils savent pertinemment que cette dernière sera prise en otage. Je vous invite donc tous à communiquer autant que vous le pouvez sur ce projet. J'estime que, compte tenu, des désagréments prévisibles, c'est à la population concernée de se prononcer. Un peu comme en Suisse…"


En savoir plus

----------------------


Page Facebook du regroupement contre le projet de carrière en Vallée d’Azergues. > Ici.

Sur Saint-Just-d’Avray :

http://www.saintjustdavray.mairies69.net/

et http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Just-d%27Avray
Sur Chambost-Allières :

http://www.conseil-general.com/mairie/mairie-chambost-allieres-69870.htm

et http://fr.wikipedia.org/wiki/Chambost-Alli%C3%A8res
Sur le CDCCV :

http://cdccv.wordpress.com/2013/06/19/projet-de-carriere-a-st-just-davray-chambost-allieres/
Sur la société Granulats Vicat :

http://www.granulats-vicat.fr/