Réforme des rythmes scolaires

Tout ce qui bouge...

Afin d'aménager le cadre réglementaire de la réforme, le ministre de l'Education nationale, Benoit Hamon, prévoit une concertation rapide avec les enseignants, les parents et les élus. En attendant, sur le terrain, les intéressés se mobilisent.


 

A Grandris : une vision plus claire des horaires...

Lors du dernier conseil d'école, le 15 mars dernier, la mairie a présenté son projet en termes d'horaires. Le lundi et le jeudi, la sortie s'effectuerait à 16h30 comme aujourd'hui. Le mardi et le vendredi, elle serait prévue à 15h. Le mardi, une partie des enfants serait dirigée vers des "activités pédagogiques complémentaires", assurées par les enseigants et faisant partie de leurs obligations. L'autre partie se verrait proposer des "activités périscolaires" mises en place par la commune, encore à définir. Le vendredi, l'ensemble des enfants bénéficierait de ces activités périscolaires. Selon les dispositions actuelles du décret, cet aménagement des horaires comportant deux journées de 6h nécessiterait une dérogation. Il semble avoir l'aval de l'équipe enseignante.

 

... Et une pétition des parents

S'ils ont demandé un rendez-vous rapide avec la mairie, pour en savoir plus sur le contenu et l'organisation de ces fameuses activités périscolaires, notamment, les parents restent cependant en majorité opposés à cette réforme (voir ci-dessous les résultats du sondage mené à Grandris). Une pétition grandrisienne réclamant son retrait circule donc (téléchargeable ci-dessous) à destination des élus. Elle sera également envoyée à l'académie et au ministère. D'autres pétitions ont également été lancées à des échelons plus vastes.

 

A Tarare : manifestation en vue

"Force est de constater que la mise en place de ces nouveaux rythmes est très compliquée, tant du point de vue organisationnel que du point de vue financier. Sans parler des inégalités créées entre communes voisines et entre privé et public", constatent également les parents d'élèves de Tarare, désormais rassemblés en collectif pour demander le retrait du décret concernant cette réforme. "Par ailleurs, malgré toutes les réflexions menées, aucune organisation ne semble convenir, au final, au rythme réel des enfants qui subiront toujours, pour la plupart, des journées toutes aussi longues qu’actuellement, avec de surcroît une multiplication des intervenants." Aujourd'hui, leur voix se fait de plus en plus entendre, ainsi que celles de Maires de différentes communes. Le dernier remaniement ministériel leur permettra peut-être de se faire également écouter. Le collectif invite donc ceux qui souhaitent soutenir leur action à une manifestation, le vendredi 16 mai, à 18h30, à Tarare, pour le retrait du décret, afin d’envisager des réformes en adéquation avec les réalités du terrain.

A lire : un article intéressant de la Gazette des Communes.

A découvrir  : le Collectif d'élus du Rhône

A lire, à méditer, à commenter...

SONDAGE résultats.docx
Document Microsoft Word 17.7 KB
Petition parents d'élèves(2).doc
Document Microsoft Word 41.0 KB
Communique annonce manif.doc
Document Microsoft Word 28.5 KB

En l’absence d’informations concrètes

de la part de la mairie et de l’école,

les pas'étaient réunis, le 25 mars dernier,

pour discuter du sujet de la réforme

des rythmes scolaires qui devrait

légalement être mise en place

à la rentrée 2014-2015. Compte-rendu.

 

Comme son nom l’indique, la réforme des rythmes scolaires implique un réaménagement des horaires. Selon la loi, l’enseignement devra donc se répartir en neuf demi-journées sur 24h hebdomadaires, ce qui correspond aux quatre jours habituels, mais plus courts, plus le mercredi matin. Une journée devra totaliser 5h30 de temps scolaire au maximum, avec une pause à l’heure du déjeuner de 1h30 au minimum. Le temps « dégagé » doit théoriquement permettre d’organiser trois heures d’activités pédagogiques (non obligatoires), prises en charge par la commune.

Un casse-tête en termes d'organisation
Toute la question est de savoir comment sera réparti ce temps scolaire et périscolaire, sachant que chaque solution possible génère son lot de questions et de contraintes en termes d’organisation : quels locaux utiliser ? Quel temps prévoir pour d’éventuels déplacements ? Petits et grands peuvent-ils avoir les mêmes horaires ? Quels encadrants sont prêts à se déplacer pour une demi-heure ou trois quarts d’heure d’activité ? A quel prix ? Difficile de s’y retrouver pour des parents ne disposant d’aucune information précise…

Deux fois deux...
Il semblerait qu’une formule ait les faveurs de certains enseignants : conserver les horaires traditionnels pour deux jours, le mardi et le jeudi, par exemple, et faire sortir les élèves deux autres jours à 15h, pour leur proposer une activité d’une heure trente à ce moment-là. Problème : les prétendus rythmes idéaux ne sont pas respectés et il faut demander une dérogation. Dérogation obtenue, semble-t-il par la commune de Bourg-de-Thizy.

Un + trois...
Des mères de Claveisolles sont venus présenter leur projet, fruit de longs débats et de nombreuses réunions. Préférant assurer aux enfants une activité de qualité au moins une fois par semaine, la commune prévoirait une activité de 1h30 un seul jour dans la semaine, complétée d’une demi-heure de garderie les autres jours de 16h à 16h30. En s’associant avec Poule, Chenelette et Lamure, elle espère pouvoir recruter un intervenant de qualité qui tournerait dans chaque commune, une fois par semaine. Si elle le souhaitait Grandris pourrait faire partie de cette organisation mutualisée. Une rencontre entre communes est prévue à ce sujet à Claveisolles, le 23 avril prochain. D’autres réunions grandrisiennes, dont une avec la mairie, seront nécessaires pour faire avancer la réflexion. En attendant, le conseil d’école se réunira le 15 avril. Le sujet des horaires est bien sûr à l’ordre du jour.

Une désapprobation générale
En tout état de cause, les parents ont pu constater leur opposition unanime à une réforme qui selon eux ne répond ni aux intérêts des élèves, ni à ceux des familles, ni à ceux des personnels de l’Education nationale. De l’avis de tous, le transfert partiel d’une mission de l’Education nationale et de son financement vers les communes risque d’introduire de graves inégalités entre ceux qui pourront payer les activités périscolaires et ceux qui ne le pourront pas, entre les petites et les grandes communes, les zones rurales et urbaines. La réforme crée en outre une confusion entre les activités d’enseignement et les activités périscolaires, livrées aux aléas d’un manque criant de moyens.

 

 

Qui fait quoi ?

 

Le projet d’organisation du temps scolaire est présenté par le maire et/ou le conseil d‘école. Le projet concerne les horaires d’entrée et de sortie, la durée de la pose de midi et l’organisation de l’emploi du temps entre enseignement et activités périscolaire.

Le projet ne comprend pas le contenu des activités périscolaires, ni le choix des intervenants  éventuels. Il est valable pour trois ans au maximum. Avec des possibilités de réaménagement entre temps. En cas d’absence de proposition, c’est direction académique qui décidera.  

La commune fixe les conditions d’encadrement des enfants et de recrutement des encadrants. Les enfants sont placés sous la responsabilité de la commune pendant ce temps de ces activités.

Quelques thèmes de réflexion

 

Cette réforme soulève de nombreuses questions, en voici quelques-unes


    Le respect du rythme des enfants : éviter les journées trop chargées sera-t-il possible ?
   L’équilibre de la vie de famille et la gestion des emplois du temps des familles : pourront-ils être respectés ?
    L’organisation des activités en fonction de l’âge et des besoins des enfants sera-t-elle possible ?
  La sécurité des enfants sur les trajets et dans les locaux : comment sera-t-elle assurée ? Avec combien d’enfants par adulte ? Quelles compétences auront les encadrants ?
   Professionnalisation et qualités pédagogiques des encadrants : sauront-ils gérer d’éventuels problèmes ?
    Gratuité de ces activités : la commune peut-elle les financer ? Ne sera-t-elle pas tentée à terme de les faire payer comme le font déjà de nombreuses communes ?
    Si la priorité est vraiment donnée aux rythme des enfants, pourquoi maintenir les changements d’heure en été et en hiver ?


En savoir plus...

La voix officielle du Ministère de l'Education nationale.
La plaquette du Ministère.pdf
Document Adobe Acrobat 3.3 MB

collectif de parents
une action en cours.pdf
Document Adobe Acrobat 37.4 KB

Enseignement

Ecole publique

Maternelle et primaire

Rue des Ecoles.

 

Tél. : 04 74 03 12 00

Courriel : ce.06690361t@ac-lyon.fr

Web : http://ecolegrandris.blogs.laclasse.com/

 


Sou des Ecoles

Ecole Publique
Président : Hugues Ramdane

Tél. : 06 77 25 16 05

Un mail pour les parents d'élèves

Des questions sur l'école ? Des idées à suggérer ? Des remarques à faire remonter ? Une difficulté à résoudre ? Vous pouvez contacter les parents d'élèves élus de l'école publique par mail : conseildecolegrandris@gmail.com

Ecole privée Saint Nicolas de Myre : maternelle et primaire

Le Bourg

Tél. : 04 74 03 07 65
Web : http://www.ecolestnicolasdemyre.sitew.com

Collège de la Haute Azergues
Le Charbonnier, Lamure sur Azergues

Tél. : 04 74 03 01 63

 

APEL

Association des Parents d'Elèves de l'Ecole Libre
Responsable : Magalie Claud
Tél. : 06 79 18 50 99


Après la classe...

Aire de jeux

Tyrolienne, balançoires, petit et grand tobogans, skateparc, parcours de santé... Dominant le centre du village et bénéficiant d'une vue exceptionnelle, un espace de jeux a été aménagé en face de l'hôpital. Accès libre mais sous la surveillance des parents.